de fr it
Menu

Homéopathie

En cas d'allergie solaire, brûlures, blessures, etc., vous pouvez nettement renforcer l'action des médicaments homéopathiques en utilisant la même préparation à la fois par voie interne et en application externe.

Gouttes

Verser les gouttes directement sur la langue ou les diluer dans un peu d'eau. Toujours les diluer pour les enfants.

Dosage :

  • 3 gouttes diluées pour les nourrissons
  • 5 gouttes diluées pour tous les enfants, y compris en bas âge
  • 10 gouttes pour les adolescents et les adultes

Globules

Laisser fondre les globules sur la langue. Pour les nourrissons, dissoudre les globules dans de l'eau et faire boire du biberon une gorgée selon besoin. Préparer chaque jour une nouvelle solution.

Dosage :

  • 7 globules pour les nourrissons, enfants, y compris en bas âge, adolescents et adultes

Comprimés

Mâcher les comprimés ou les laisser fondre dans la bouche. Ne pas les avaler en entier. Les comprimés peuvent aussi être dissouts dans de l'eau, par exemple pour les nourrissons.

Dosage :

  • 1 comprimé pour les nourrissons, enfants, y compris en bas âge, adolescents et adultes

Pommades

Appliquer les pommades en couche fine.

Les pathogénésies décrivent les réactions possibles de l'organisme humain ou animal aux remèdes homéopathiques. Elles servent de base de travail à la prescription et l'élaboration des médicaments homéopathiques.

Les pathogénésies sont décrites dans les répertoires de médicaments homéopathiques et résument la plupart du temps des expériences suite à des intoxications, expérimentations et de la pratique auprès des patients. Il existe aussi des médicaments sans vaste base d'expérimentation, mais qui ont largement fait leurs preuves dans la pratique pour des domaines d'application précis. Danc ce cas, on parle d'application éprouvée de médicaments homéopathiques

L'expérimentation est la base de l'homéopathie. Elle permet une connaissance approfondie des vertus curatives invisibles des substances végétales, animales, minérales et synthétiques.

La première expérimentation remonte au test de Hahnemann sur lui-même avec le quinquina. Les tests du début ont été pratiqués avec des substances concentrées ou des teintures mères parfois encore toxiques. Aujourd'hui, on n'utilise plus que des préparations non toxiques, souvent déjà diluées.

L'action des substances toxiques est suffisamment documentée pour être aussi utile à la recherche en homéopathie, mais apporte que des informations « sommaires ». Une bonne expérimentation homéopathique avec des substances dynamisées montre avec bien plus de finesse et de clarté l'essence d'un médicament. Elle permet aussi d'observer quel genre de personne est spécialement réceptif aux substances testées. Les résultats d'une expérimentation deviennent vraiment définitifs après vérification des observations avec des patients dans la consultation pratique.

N'hésitez pas à consulter un médecin lorsque

  • aucune amélioration des troubles ne se fait sentir dans un délai raisonnable
  • des troubles violents ou une forte fièvre réapparaissent
  • le malade paraît apathique (inerte, sans force)
  • vous souffrez d'une maladie contagieuse (par ex. une maladie vénérienne
  • les troubles ressentis à la suite d'un accident se renforcent ou que
  • la gravité de l'accident laisse entrevoir des conséquences cachées
  • il y a risque de tentative de suicide
  • la personne malade exige de voir un médecin
  • vous avez peur ou éprouvez un mauvais pressentiment

N'interrompez pas de thérapies médicales prescrites sans en parler avec le médecin.

Pensez que même en cas d'urgence il faut un certain temps aux secours médicaux pour arriver (parfois une demi-heure ou plusieurs heures). Nous recommandons de mettre à profit cette attente pour prendre un premier traitement homéopathique.

La manière de conserver les médicaments homéopathiques dépend de l'excipient.

Celui-ci peut

  • s'évaporer (gouttes), donc bien fermer les flacons ;
  • absorber l'humidité (globules et comprimés), donc les entreposer bien fermés dans un endroit sec (éviter les lieux humides comme la salle de bain, la cuisine) ;
  • être contaminé (gouttes pour les yeux ou nasales, pommades), donc toujours refermer immédiatement après utilisation.

Comme pour tous les autres médicaments, appliquer le principe à tenir hors de portée des enfants. Les enfants ne sont pas capables de faire la différence entre des globules inoffensifs et des pilules dangereuses.

Combien de temps peut durer un traitement homéopathique ?

Des troubles aigus apparaissant de temps à autre (par ex. grippe, brûlures d'estomac) demandent généralement un temps de traitement très court. Quelques prises suffisent souvent dans ces cas-là à supprimer les troubles durablement.

Les troubles qui durent ou qui réapparaissent souvent, donc chroniques, il est généralement difficile d'estimer la durée du traitement.

Le traitement est interrompu après disparition de tous les troubles ressentis et apparents.

Si les troubles réapparaissent, nous recommandons de reprendre le traitement avec le médicament utilisé avec succès précédemment.

Envisagez éventuellement l'utilité d'une consultation médicale (par ex. troubles des reins, du foie, du cœur et des bronches).

Peut-on prendre en même temps des médicaments chimiques et homéopathiques ?

La nature de l'impulsion immatérielle du médicament homéopathique ne peut, à notre connaissance, être modifiée par des produits matériels tels que les médicaments chimiques, antibiotiques, produits phytosanitaires ou agents conservateurs. L'impulsion homéopathique agit avec la même efficacité dans l'organisme malgré la présence de substances chimiques étrangères au corps. Ce constat est confirmé par la réussite de traitements homéopathiques de l'asthme administré en parallèle à la thérapie à la cortisone.

Les médicaments homéopathiques peuvent donc être prescrits comme traitement d'accompagnement de thérapies chimiques sans pour autant perdre leur capacité d'agir. Il est recommandé d'en parler avec le médecin traitant.

Unitaires

L'arnica, le venin d'abeille, le soufre ou bien le bichromate de potassium sont des « unitaires », c'est-à-dire des substances d'origine naturelle ou synthétique. Du point de vue linguistique, il s'agit de substances unitaires non mélangées par l'homme.

Du point de vue analytique, il s'agit pourtant toujours de mélanges de composants les plus divers. Ainsi, la teinture d'arnica se compose d'un grand nombre de substances actives, le soufre présente des traces de sélénium, Kalium bichromicum est vicié par d'autres produits de synthèse.

L'homéopathe classique utilise des unitaires, car la base de son travail est constituée par les pathogénésies de ces substances médicinales.

Les préparations complexes ou spécialités

La combinaison de deux ou plusieurs unitaires permet de créer des préparations complexes souvent appelées « spécialités ». Chacun des composants a des effets similaires sur l'organisme et vient compléter l'action des autres.

Le grand avantage des préparations complexes est de pouvoir couvrir un large spectre de troubles, ce qui facilite énormément le choix du médicament. L'expression de sagesse suivante se confirme également pour ces spécialités : « Le total représente plus que la somme de tous les éléments ».

Les préparations complexes permettent

  • au profane de se soigner avec l'homéopathie sans l'aide d'un homéopathe
  • à l'homéopathe lors de pathogénésies incomplètes ou mal définies de tout de même prescrire un médicament utile
  • un traitement réussit même lorsqu'une maladie présente de rapides changements de symptômes
  • un traitement dans des conditions inhabituelles comme d'agir vite, en milieu de nuit, sans documents, en voyage entre autres

Les préparations complexes préfabriquées ne conviennent qu'au traitement de maladies aiguës non dangereuses. Leurs indications se limitent aux domaines d'applications définies par les autorités en charge des produits thérapeutiques. Les maladies chroniques devraient être traitées par un homéopathe très expérimenté. Les préparations complexes sont soumises aux mêmes règles homéopathiques strictes que les médicaments dits « unitaires ».

Que signifie thérapie constitutionnelle ?

Une thérapie constitutionnelle est indiquée lors de maladies chroniques ou si des troubles aigus reviennent sans cesse.

La constitution correspond à « l'habitus », c'est-à-dire à l'être dans son ensemble. Il s'agit d'un tout composé des caractéristiques à la fois physiques, mentales et émotionnelles de la personne.

La thérapie constitutionnelle signifie donc avoir une vue d'ensemble aussi complète que possible de la personne à traiter. Cette démarche commence par la consultation de l'étude du cas, c'est-à-dire l'anamnèse. Ce premier entretien avec l'homéopathe va durer d'une à deux heures. Il est alors essentiel que le patient ou la patiente parle de ses symptômes, signes de maladie et de toute sa personne. Même l'histoire de la famille est importante pour élaborer une thérapie constitutionnelle.

Les éléments réunis sont analysés et hiérarchisés, afin de permettre de choisir le médicament sur la base des signes et symptômes caractéristiques inhabituels.

A l'aide d'un répertoire des symptômes et de différents recueils de médicaments (descriptifs des médicaments homéopathiques) on recherche le médicament dont les symptômes et signes correspondant le mieux à ceux du patient. Si l'on réussit à trouver un tel médicament, la santé reviendra rapidement, en douceur et durablement.

Pour les cas de maladies chroniques compliquées il n'est souvent pas possible du guérir complètement le patient à l'aide d'un seul médicament. Si au cours de la thérapie constitutionnelle les symptômes se modifient, il faut vérifier si un autre médicament serait indiqué.

L'homéopathe doit donc comprendre la personnalité de son patient. Cela demande beaucoup de doigté et d'expérience, ainsi qu'une connaissance approfondie des médicaments et de leur nature afin d'être capable de faire une bonne prescription.

Plus un médicament a été expérimenté et observé chez les patients dans la pratique, plus il pourra être utilisé en thérapie constitutionnelle. Cela signifie que chaque médicament peut devenir un médicament constitutionnel. En fait, chaque fois qu'il correspond au plus près à la constitution du patient.

Peut-on prendre des médicaments homéopathiques pendant la grossesse ?

Les médicaments homéopathiques, en particulier les globules et comprimés sont idéals durant la grossesse aussi bien pour la future mère que pour le fœtus.

Durant la grossesse, nous recommandons cependant de parler avec le gynécologue de tous les troubles nécessitant un traitement.

Existe-t-il des facteurs pouvant perturber un traitement homéopathique ?

Avant ou après le repas?

L'expérience montre que les médicaments homéopathiques agissent tout aussi bien même pris juste avant ou après un repas.

Les rayons X tels que ceux des contrôles aux aéroports peuvent-ils altérer l'action?

Après plusieurs expositions à des rayons lors de contrôles, nous n'avons constaté aucune altération de l'action aussi bien pour les unitaires (y compris les hautes dynamisations) que pour les médicaments complexes.

Faut-il éviter la tisane à la menthe, le café et le tabac?

D'innombrables traitements réussis auprès de fumeurs et buveurs de café, ainsi que des essais sur nous-mêmes ont démontré que manifestement les médicaments homéopathiques ne perdent rien de leur efficacité à cause de tisanes, épices, menthe, excitants. Même les effets secondaires indésirables d'excitants comme le tabac et le café peuvent être rapidement supprimés par l'homéopathie (par ex. Nux vomica).

Toutefois, il est évidemment préférable de consommer ce genre de produit avec modération, voire de les proscrire en présence de certaines maladies.

Est-ce que l'action homéopathique est dérangée par les récipients métalliques?

Une certaine littérature indique que les médicaments homéopathiques sont sensibles aux métaux.

Notre longue expérience ne confirme nullement cette affirmation. Les cuillères en métal, les plombages dentaires et autres n'ont aucun effet sur l'action des médicaments homéopathiques.

Indications importantes pour le patient

  • Les conseils dispensés sur ce site ne concernent que des maladies sans risques au déroulement simple. Les conseils, informations et renseignements ne remplacent ni la visite chez le médecin, ni les conseils professionnels de la pharmacie ou droguerie.
  • En cas de troubles peu explicites ou violents, il est préférable de renoncer à l'automédication et de consulter un médecin.
  • Lisez attentivement la notice d'emballage avant l'utilisation de tout médicament et suivez bien les recommandations.
  • Si une automédication n'apporte pas d'amélioration dans un délai raisonnable, que les troubles s'aggravent ou que les troubles réapparaissent, demandez conseil dans votre pharmacie ou droguerie ou consultez votre médecin.
  • Pendant la grossesse et la période d'allaitement, ainsi que pour le nourrisson n'utiliser aucun médicament sans un conseil spécialisé préalable (pharmacie, droguerie, médecin).
  • Les maladies chroniques (surtout des reins et du foie) demandent un traitement et un suivi médical

Avec quelle rapidité l'homéopathie agit-elle ?

Les médicaments homéopathiques agissent rapidement surtout lors de troubles aigus. Par ex. un enfant fiévreux, apeuré, peut être calmé presque instantanément. Une toux sèche, aboyante se décrispe bien vite après la prise du médicament. Une sensation d'oppression de la poitrine ou dans la gorge disparaît en un moment.

Notre très longue expérience des traitements par l'homéopathie nous a démontré qu'un médicament bien choisi démarre son action curative dans l'organisme au moment de la prise. A l'évidence, le corps renforce à cet instant l'effort de guérison qui tend à supprimer les troubles. Ce qui dans le cas de maladies venant de se déclencher et en phase aiguë est souvent très vite perceptible.

Dans le cas de maladies chroniques, le succès tangible demandera généralement un certain temps. Or le processus de guérison, dans ce cas aussi, sera activé en principe tout de suite avec le médicament adéquat, même si l'amélioration n'est pas forcément visible ou perceptible. Les exemples typiques sont les troubles de la croissance des ongles, chutes de cheveux, ulcères aux jambes, certains eczémas.

La règle prévoit

  • Les troubles aigus qui viennent d'apparaître tels que grippe, toux, rhume ou irritations oculaires marquent une amélioration dans les minutes ou heures. Les troubles aigus ne nécessitent généralement pas un long traitement, car après la disparition des symptômes aigus la santé revient et les rechutes ne sont guère à prévoir.

  • Les troubles chroniques (troubles récidivants comme les eczémas, chutes de cheveux, allergies, constipation, sinusites et troubles du sommeil) l'amélioration est ressentie après quelques jours ou semaines. Ces troubles chroniques ont besoin d'un traitement de longue durée. Le corps demande par intervalles les impulsions curatives homéopathiques nécessaires pour guérir la prédisposition ou les désordres profonds à l'origine de ces troubles.